L’AMOUR À TROIS

articletriolisme.jpg

Le triolisme constitue l’un des fantasmes les plus récurrents chez nos chers mâles. Du côté des femmes, ce désir semble moins répandu. Car s’il est vrai que de plus en plus de femmes assument leur sexualité et avouent un certain penchant pour le libertinage, d’autres se sentent encore sous le joug du tabou. De plus, à la différence d’un trio avec deux hommes, le trio avec une femme et un homme pose aussi la question de la bisexualité. Comment franchir le pas du simple fantasme vers une véritable aventure coquine? Comment choisir les bons partenaires?

Faut-il passer à l’acte?
La grande question qui ne trouvera certainement jamais de réponse absolue est celle de savoir si un fantasme doit rester une pure fiction ou s’il doit être réalisé.
Réaliser ses fantasmes peut être bénéfique pour un couple en reboostant les désirs et en nourrissant une certaine complicité.
Mais d’autres ajouteront qu’un fantasme doit rester de l’ordre de l’imaginaire car céder à tous ses fantasmes tend à repousser de plus en plus loin les limites et risque de nuire à la sexualité, dans la mesure où plus rien ne devient excitant. Le bon compromis serait donc de réaliser les plus « accessibles » et de garder pour ses rêves coquins les plus farfelus ou extrêmes.

Être certaine de son choix
Sauter le pas n’est pas une décision si simple à prendre.

“Il faut d’abord être bien sûre que l’on ne fait pas cela pour faire comme les autres, pour se prouver quelque chose ou tout simplement le faire pour satisfaire son conjoint”.
En couple, il faut avoir complètement confiance en son homme et ne pas éprouver de jalousie vis-à-vis de votre ami(e) de jeu.
Par contre, si c’est vous qui pénétrez dans l’intimité d’un couple, alors les risques sont limités.
Au-delà de la relation sexuelle à trois, soyez bien certaine de pouvoir être à l’aise avec une femme. Si la bisexualité chez les femmes est au premier abord plus naturelle que chez les hommes, passer le cap n’est pas toujours si facile.
Le tout est de ne pas céder à un quasi-phénomène de mode. Sans dramatiser le sexe, il ne faut pas non plus banaliser le triolisme qui peut se révéler être une expérience soit très fun, soit quelque peu traumatisante.

Avoir une vie sexuelle épanouie n’implique pas forcément le sexe à trois ou la bisexualité !

Comment bien choisir ses partenaires de jeu ?
L’essentiel est de se sentir à l’aise et en confiance. Si vous êtes en couple, mieux vaut choisir une personne que vous ne serez pas amenée à revoir régulièrement, pas d’amis (trop de jalousie possible) et pas de collègues de travail (imaginez l’ambiance au boulot !). Si vous êtes « l’invitée », choisissez un couple qui vous respecte et avec qui vous vous sentez bien.

Mon couple est-il assez solide ?
La solidité de votre couple est un critère majeur. Il est essentiel d’entretenir une bonne complicité entre votre compagnon et vous. N’oubliez pas que l’objectif est de vous faire plaisir à tous les deux, pas seulement à l’un ou à l’autre !
L’idée de partager sa compagne avec un(e) autre est difficilement concevable pour la plupart des hommes. Tenez aussi compte de la dimension homosexuelle que peut engendrer la présence d’un autre homme dans l’esprit de votre compagnon. Enfin, se mesurer à un adversaire potentiel, notamment à la taille de son pénis, peut être une source de gêne vis-à-vis de la femme.

(Sources Internet)



PETITS PLAISIRS – SEX TOYS

Sex Toy

Depuis toujours, les objets en forme de phallus ont existé et été utilisés comme substituts des sexes mâles, absents ou défaillants. Ils ont aussi dû être utilisés comme symboles de fécondité par les prêtresses des cultes les plus anciens.
Le godemiché (parfois orthographié godemichet et, en abrégé, gode ou dildo chez les anglais) peut être considéré comme l’ancêtre des sex toys. Son nom viendrait du latin gaude mihi « réjouis-moi ». Le mot gode est actuellement le plus utilisé. Cet objet phallique existe depuis l’antiquité et a été sculpté au court des temps dans le bois, l’ivoire, l’or, le jade, le verre, le caoutchouc et diverses autres matières.

La recherche du plaisir tient parfois du parcours du combattant pour certaines femmes. Fini l’époque où l’acte sexuel était souvent vécu comme un simple devoir conjugal. Aujourd’hui, les femmes revendiquent un réel « droit au plaisir ». Elles désirent mieux connaître leur corps et découvrir l’orgasme, plaisir ultime, au-delà du rapport sexuel juste agréable.

Être sexuellement satisfaites, voilà ce dont les femmes ont envie. Le tabou est donc brisé, et la sexualité fait à présent partie intégrale de l’épanouissement personnel. Si le plaisir peut être découvert à deux, les rapports sexuels ne suffisent parfois pas à explorer toutes les possibilités. Pour ajouter un peu de piment à leur sexualité ou tout simplement apprendre à connaître leur intimité, les femmes n’hésitent plus à faire appel à des jouets sexuels, plus connus sous le nom de sex toys.

Explorer le plaisir sexuel est un des propres du genre humain. Cette singularité stimule notre imagination et nous incite à innover.

On n’a pas attendu le silicone pour créer des objets amis du plaisir des dames et des messieurs – seul-es ou en compagnie.

Après des siècles d’usage honteux, l’idée a fait son chemin qu’il ne fallait pas nécessairement être frustré et/ou pervers pour priser les “jouets sexuels”, encore pudiquement désignés sous leur nom anglais de sex toys. On peut les choisir en couple sur Internet, dans une boutique coquine glamour (plus rien à voir avec les sordides sex shops !), lors d’une vente à domicile et, en cas « d’urgence », bientôt dans un distributeur automatique.

Plus besoin de raser les murs en tenue de camouflage pour accéder à la boutique interdite, les sex-shops se démocratisent. Dans ces erotic-shops ou ces soirées de vente à domicile entre copines, la sexualité ludique est accessible à une clientèle moins inhibée.

Simple effet de mode ou réel phénomène de société ? Personne ne peut savoir si la vague sex toys durera. Toujours est-il qu’aujourd’hui, les tabous s’effondrent et c’est sans gêne que l’on exhibe son « jouet » entre copines.
Enfin attention aux idées reçues : contrairement à ce que pensent de nombreux hommes, ces jouets ne sont pas là pour les remplacer !

De même, ces objets curieux attirent souvent les craintes masculines. Or le sex-toy n’est en rien un substitut. éprouver du plaisir via leur utilisation, ne signifie pas que l’on ne peut en avoir sans. De plus en plus de couples font d’ailleurs leurs emplettes coquines ensemble, pour pimenter leurs soirées intimes.

Le sex toys The Cone (voir illustration) est révolutionnaire. Sa forme inhabituelle vous permettra toutes les fantaisies.
Il ne s’utilise par comme n’importe quel sex toys, il ne s’insère pas car il est bien trop lourd… Il se pose sur une surface plane (lit, chaise, sol…).Vous pourrez agréablement vous asseoir dessus, sa texture est confortable, le toucher est velouté.
La force de vibration du sex toys The Cone se règle très simplement sur le bas du sex toys, facilement accessible vous pourrez vous masturbez le clitoris et en même temps régler l’intensité.
Ce sex toys est un pur bonheur pour les connaisseuses, bien que sa forme puisse surprendre, vous n’en serez que ravie.
Ondulez votre corps au rythme de vos désirs.

(source internet : doctissimo.fr)



LE TRANTRISME

sexo.jpg

En Occident, grâce à l’arrivée des pratiques spirituelles orientales depuis la deuxième moitié du XXe siècle, des centaines de milliers de personnes ont découvert la méditation et le yoga, mais aussi ces points de vue inattendus sur la sexualité. La pratique d’une sexualité sacrée pourrait participer à la transformation intérieure capable de mener à « l’Éveil », un état transcendant permanent. De plus, ces pratiques permettraient de goûter des sensations physiques également « extatiques ».

Dans le tantrisme, la maîtrise de l’énergie constitue une véritable alchimie intérieure. Grâce à l’excitation des sens, l’activité amoureuse est la mieux indiquée pour mener à « l’Éveil ». Mais en aucun cas, l’homme ou la femme ne doivent perdre leur fluide sexuel. À ce titre la jouissance ne doit pas être synonyme d’éjaculation pour l’homme. Plus sûrement, cette capacité est atteinte par les pratiques du yoga. Voici quelques exercices pratiques à faire seul :

1) méditation sexuelle

Placez-vous seule dans votre chambre. Allumez des bougies et de l’encens. Allongez-vous nue et commencez la respiration pranayama (ci dessus). Une fois détendue commencez à vous masturber. Relaxez-vous et sentez seulement la sensation de votre main sur votre sexe. Ne tombez pas dans vos fantasmes habituels. Sentez juste votre propre main vous donner du plaisir. Relaxez-vous et respirez tandis que votre désir se développe. Si vous sentez que vous êtes au bord de l’orgasme, arrêtez de bouger votre main et respirez profondément. Essayez de rester excité, mais n’ayez pas d’orgasme, restez sur le bord de la falaise pendant au moins 28 minutes. Si vous avez un orgasme avant les 28 minutes, laissez votre énergie se propulser dans votre imagination aussi longtemps que possible.
Maintenant que vous savez vous maîtrisez seule vous pouvez maintenant pratiquer des exercices en couple. Mais là encore les amants doivent pratiquer quelques rituels pour favoriser leur entrée dans un état de communication profonde. Il faut pour cela :
• Aménager « l’espace sacré » avec, selon ses préférences, de l’encens, quelques tissus drapés, de l’éclairage indirect, des chandelles, un bol de fruits, etc.
• Faire sa toilette avec soin. Utiliser quelques gouttes de parfum à différents endroits du corps.
• Rencontrer l’autre par une salutation lente, les yeux dans les yeux, pour dire que l’on est, l’un et l’autre, disponibles, ouverts, respectueux.
• Établir le contact physique par une longue étreinte, sans gestes sexuels, une étreinte aimante, à l’écoute de ses sensations et des manifestations de l’autre.
Les partenaires peuvent ensuite s’adonner à toutes sortes de caresses, de jeux dont l’objectif est d’éveiller les sens, d’accroître l’intimité, de découvrir l’autre.

Voici quelque exercices à pratiquer en couple.

2) la danse authentique.

Vêtu d’un vêtement léger, chaque partenaire danse à tour de rôle pour l’autre (chacun aura choisi une musique d’environ 10 à 15 minutes qui l’inspire). L’idée n’est pas de faire une jolie présentation ou d’aguicher l’autre, mais de bouger d’une manière qui correspond à ce que l’on ressent à ce moment-là.
Il faut laisser l’énervement s’apaiser graduellement, bien respirer, permettre à la musique de résonner dans le corps. On habite sa danse au point d’emplir la pièce… On peut pousser des sons ou chantonner, fermer les yeux ou regarder son partenaire. Le rôle de l’observateur est d’être totalement attentif à la danse de la personne bien-aimée. À la fin, l’observateur accueille son partenaire, la serre dans ses bras et le remercie. Puis danse à son tour. Par la suite des étreintes sensuelles pourront mener à faire l’amour, d’une façon renouvelée.

3) respiration inversée.

Cet exercice amène une profonde intimité qui peut préparer à avoir une relation sexuelle d’une intensité très particulière. Les deux partenaires s’assoient face à face en demi-lotus et, légèrement penchés vers l’avant, collent presque leur bouche l’une sur l’autre. De façon continue, pendant que l’un inspire, l’autre expire, chacun respirant l’air de l’autre. Les respirations sont lentes et profondes, et les partenaires demeurent détendus. L’exercice peut durer une quinzaine de minutes. Après un certain temps, à mesure que les respirations se synchronisent naturellement, il est possible de sentir qu’on ne devient qu’un seul souffle. Chaque partenaire peut même imaginer que sa propre expiration descend jusqu’au sexe de l’autre et le stimule, et qu’il laisse ensuite le souffle de l’autre le pénétrer et venir stimuler son propre sexe.



RELAXATION Drôme et ESTHEC... |
une petite goutte d'anges |
MODELIGN :modélisme-patronn... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lee MasSaï
| Pierrette Soko
| Mouslim confection